Harpagophytum 

Résultats 1 - 16 sur 16
Résultats 1 - 16 sur 16.

Quelles sont les caractéristiques de l'Harpagophytum ?

Harpagos, qui signifie grappin en grec, donne son nom à l'harpagophyton car ses fruits sont pourvus de crochets recourbés en forme de grappins; ils s'accrochent au pelage et aux sabots des animaux qui se débattent frénétiquement en tous sens pour s'en débarrasser d'où son autre appellation de "Griffe du Diable".

Les autochtones Bushmen et Bantous avaient recours aux racines par voie orale pour traiter les indigestions, la fièvre et les douleurs liées à l'accouchement, en usage externe, sous forme d'onguent, pour le traitement des petites blessures et des maladies de la peau. En Afrique du Sud, on l'utilise aussi traditionnellement contre les convulsions de l'enfant.

C'est un fermier allemand, Menhert, qui au début du siècle, observa en Afrique du Sud les effets bénéfiques d'un traitement fourni par un guérisseur sur un blessé de guerre. Aidé par ses chiens de chasse, car le guérisseur ne voulait pas révéler son secret, il découvrit l'endroit où les racines avaient été récoltées et ou les feuilles de la plante avaient été cachées et enterées et réussit à identifier l'espèce. Plus tard, les racines furent introduites en Europe. Elles sont indiquées contre les migraines, les réactions allergiques, les rhumatismes et comme tonique amer. 

Dénomination latine :

  • Harpagophytum procumbens DC.

Famille botanique :

  • Pedaliaceae

Organe producteur :

  • Racine latérale secondaire tubérisée, découpée et séchée

Dosages usuels :

  • Forme galénique traditionnelle : la décoction-macération :
    • Verser 300 ml d’eau bouillante sur 4,5 g de drogue finement coupée, laisser reposer à température ambiante pendant 8H, filtrer, 3 prises au cours de la journée (2,5 à 5 g)
  • Nébulisat (extrait sec hydro-alcoolique) 1,5 à 3 grammes par jour
  • Racine séchée : 4.5 g dans 500 ml d’eau, en trois prises
  • Extrait sec aqueux 5-10 : 1 => 600 à 800 mg par jour
  • Extrait sec hydro-alcoolique 2.6-4: 1 => 460 mg jusqu’à 1.6 g

Mode d'action connu ou présumé :

  • Inhibition de la biosynthèse des cystéinyl-leucotriènes et de la dégradation du thromboxane qui jouent un rôle important dans les pathologies inflammatoires
  • L’activité résulterait d’une synergie entre harpagoside, harpagide, 8-coumaroylharpagide, verbascoside
  • L’harpagoside inhibe indistinctement l’activité des cyclo-oxygénases COX-1 et COX-2 et réduit fortement la production de NO 
  • Les iridoïdes purs : harpagide, harpagoside et 8-O-p-coumaroylharpagide sont transformés en aucubinine B, alcaloïde monoterpénique, par voie chimique, enzymatique et microbiologique sous l'action de bactéries intestinales
    • En outre, les iridoïdes seraient transformés, par voie chimique en d'autres alcaloïdes appelés Béatrine 1 et Béatrine 2

Précautions d'emploi :

  • Risque modéré d’augmentation de l'acidité gastrique (prudence lors d’association avec les antagonistes des récepteurs H2, les inhibiteurs de la pompe à protons, et les antiacides)
  • Augmentation du risque de saignement lorsqu'il est pris avec des médicaments tels qu’AINS ou anticoagulants (en tant qu’inhibiteur de la COX-2)
  • Effets sur les isoenzymes du cytochrome P450, l'harpagophytum est inhibiteur des sous unités 3A4, 2C8, 2C9 et 2C19 du CYP450, risques d'interactions médicamenteuses, demandez conseil à votre pharmacien
  • Prudence lorsqu’il est associé à des médicaments hypoglycémiants
  • En association avec certains anti-hypertenseurs, augmentation de l’effet antihypertenseur et induction d’épisodes d’hypotension
  • Risque modéré de modification du rythme et de la force de contraction cardiaque, prudence chez les patients qui prennent des anti-arythmiques ou de la digoxine
  • Prudence en cas d'insuffisance rénale
  • Interaction avec la glycoprotéine P 
  • Durée de traitement conseillée :
    • 1 mois pour les douleurs articulaires
    • 15 jours pour les troubles digestifs
  • Contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservé à l'adulte

Composants principaux de la plante :

  • Iridoïdes (0,1 à 2 %) : harpagoside, procumboside, harpagide et son ester cinnamique
  • Polysaccharides extractibles dans l’eau : stachyose, raffinose, saccharose, glucose (jusqu’à 70 % du poids sec)
  • Flavonoïdes et flavonols, actéoside, isoactéoside, harpagoquinone
  • N-alcanes, stérols, lipides, cires
  • Harpagophytum procumbens contient plus d'harpagoside
  • Harpagophytum zeyheri contient le 8-O-p-coumaroylharpagide, ce qui permet de les distinguer
    Les deux espèces possèdent les mêmes activités antiinflammatoire et analgésique

L'harpagophyton est dispensé en pharmacie; la racine est inscrite sur la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française et dispose d'une monographie de contrôle à la Pharmacopée européenne ainsi que d'une monographie communautaire de l'EMA. C'est un ingrédient autorisé dans les compléments alimentaires en France.

Commander plus vite !

Commande rapide

Gagnez du temps, en utilisant le formulaire de commande rapide. En quelques clics, vous commandez facilement vos références préférées.

Formulaire de commande rapide

Les avantages Soin et Nature Nos garanties qualité et sécurité
Pharmaciens
experts
Données
cryptées
Paiement
sécurisé
Colis
suivi
A votre
écoute