Homéopathie pour les hémorroides 

Résultats 1 - 15 sur 15
Résultats 1 - 15 sur 15.

Commandez les remèdes homéopathique pour les hémorroides en pharmacie

Les hémorroïdes ont toujours été une maladie fréquente pouvant atteindre n’importe qui, mais surtout les adultes, surtout les femmes enceintes et les personnes âgées. Les crises hémorroïdaires se manifestent par des démangeaisons, des douleurs insupportables et parfois même des saignements plus ou moins importants selon les cas. Les mesures de traitement sont nombreuses, des crèmes à appliquer localement aux interventions chirurgicales, tout dépend de la gravité des crises. Mais il y a une autre solution : l’homéopathie. C’est naturel et efficace à la fois.

A l'état normal, les hémorroïdes sont des formations veineuses situées autour et à l'intérieur de l'anus et du rectum, qui sont indolores. Les problèmes apparaissent lorsque survient une crise hémorroïdaire, causée par une dilatation anormale de ces veines. Ces vaisseaux peuvent alors s'extérioriser pour former une "boule" au niveau de l'anus.
Les symptômes sont occasionnels et facilement reconnaissables : des démangeaisons près de l’anus, un inconfort en position assise et des saignements lorsqu'on va à la selle.
Les traitements anti hémorroïdaires consistent à soulager la douleur et à diminuer l'inflammation qui joue un rôle important au cours des poussées hémorroïdaires.

Les hémorroïdes sont des varices des veines de la muqueuse anale et de celle du rectum. On distingue les hémorroïdes internes, visibles par anuscopie, et les hémorroïdes externes qui font saillie au bord de l’anus. Selon leur gravité, il existe plusieurs moyens pour soulager les hémorroïdes ou même les supprimer. Le premier concerne les règles d’hygiène alimentaire; il faut consommer beaucoup d’aliments contenant des fibres (légumes et fruits) et éviter les aliments tels que les épices, l’alcool, le café.

Les hémorroïdes sont en bref une dilatation des vaisseaux du plexus hémorroïdaire dans le canal anal. Les symptômes comprennent irritation et hémorragie. Les hémorroïdes thrombosées sont habituellement douloureuses.

Comment expliquer la présence d’hémorroïdes ?

Le coussinet hémorroïdaire se constitue d’un complexe vasculaire artérioveineux alimenté depuis l’artère rectale supérieure par les artères hémorroïdaires supérieure et moyenne. Le drainage s’effectue par l’intermédiaire des veines hémorroïdaires qui circulent à travers l’appareil sphinctérien. Les coussinets hémorroïdaires sont en conséquence recouverts de muqueuses et se ­situent dans une épaisse couche sous-muqueuse guidant du tissu conjonctif et des cellules musculaires lisses au-dessus de la ligne pectinée (corps caverneux du rectum). Ils sont maintenus en position par des fibres de tissu conjonctif qui exercent une traction vers le muscle sphincter anal interne. Il est question d’hémorroïdes lorsque le coussinet vasculaire est plus développé que normalement. Les localisations typiques des hémorroïdes sont indiquées à 3, 7 et 11 heures en position de lithotomie, avec toutefois une forte variabilité entre les individus. Elles se distinguent de la muqueuse rectale par une couleur plus violacée.

Quelles en sont les causes ?

La cause postulée de l’agrandissement des hémorroïdes est une congestion veineuse avec hyperplasie consécutive du corps caverneux rectal et glissement du tissu dans le canal anal. Un tonus de repos accru du sphincter ainsi qu’un prolapsus du plexus hémorroïdaire peuvent être à l’origine du trouble de l’écoulement veineux. Il est possible qu’une perte fonctionnelle du ligament suspenseur situé autour et au-dessus du complexe vasculaire artérioveineux et constitué de fibres musculaires et de fibres élastiques de tissu conjonctif, associée à une descente consécutive de la muqueuse, soit un facteur causal indépendant.

De nouvelles évaluations morphologiques et hémodynamiques du plexus vasculaire anorectal ont en outre montré que les circonvolutions vasculaires disposent d’un mécanisme intrinsèque de contraction composé de cellules musculaires lisses, qui régule l’apport et l’évacuation du volume sanguin ainsi que sa vitesse d’écoulement au sein des vaisseaux. La destruction de ce système de régulation avec remplacement des cellules musculaires par des fibres de tissu conjonctif entraîne alors la formation d’hémorroïdes. La composition du collagène semble également entrer en jeu; des études ont ainsi démontré une augmentation des métalloprotéinases matricielles au sein de ce collagène.

Il est de fait facilement imaginable qu’une irritation mécanique (par exemple due à une diarrhée, des selles dures ou des manipulations) ou une augmentation de la pression intra-­abdominale (comme en cas de grossesse, d’adiposité ­vis­cérale, d’ascite, etc.) exercent une influence sur ces mécanismes physiopathologiques, mais ces éléments ne sont toutefois pas prouvés comme en étant la cause.

Quel est le rôle du coussinet vasculaire ?

Le rôle physiologique du coussinet vasculaire est notamment de ­garantir la continence fécale et ce, en collaboration avec l’appareil sphinctérien. La juxtaposition des plis de la muqueuse permet de rendre le canal anal imperméable aux matières fécales liquides et à l’air. Cela assure 15 à 20% de la continence.

Les hémorroïdes internes

Il convient en effet de faire la distinction entre les hémorroïdes («internes») et les hémorroïdes autrefois qualifiées d’externes (appelées aujourd’hui veines périanales), formées par un plexus vasculaire périanal sous-cutané recouvert de peau.

Pour les hémorroïdes internes, le médecin peut par conséquent utiliser la photocoagulation des zones hémorroïdaires, ou l’azote liquide. Les hémorroïdes internes se manifestent généralement par des saignements survenant après la défécation; du sang peut s’observer sur le papier et parfois dans la cuvette des toilettes. Les hémorroïdes internes peuvent être inconfortables mais ne sont pas aussi douloureuses que les hémorroïdes externes thrombosées. Ils entraînent parfois l’exonération de mucus et des sensations d’évacuation incomplète.

Les hémorroïdes externes

En ce qui concerne les hémorroïdes externes, plusieurs méthodes s’utilise toujours : la ligature élastique qui provoque la dévitalisation des hémorroïdes, la photocoagulation, l’injection de produits provoquant la sclérose, directement dans les hémorroïdes (4 à 6 injections successives – bons résultats). Cette dernière technique est aussi appelée sclérothérapie. Les hémorroïdes externes peuvent se thromboser, entraînant ainsi un gonflement violacé douloureux. Rarement, elles s’ulcèrent et entraînent une petite hémorragie. Le nettoyage de la région anale peut être difficile.

Quelques conseils naturopathiques afin de mieux comprendre et d’éviter les hémorroïdes

  • Les facteurs déclenchants des crises hémorroïdaires doivent cependant être identifiés et si possible évités : constipation, position assise prolongée aux toilettes, efforts physiques importants, stress, etc.
  • Certaines périodes ou événements de la vie augmentent le risque de survenue d’hémorroïdes : grossesse, accouchement (efforts de poussée), menstruations, ménopause, etc.
  • Les épices, dont certaines suivent le bol digestif jusqu’au rectum et parviendraient non digérées au niveau de l’anus, doivent être, dans la mesure du possible, évitées.
  • L’alcool, le café, les repas riches en lipides, qui pourraient entraîner une vasodilatation veineuse abdominale, doivent être également, dans la mesure du possible, évités.
  • L’importance de l’hygiène anopérinéale, en évitant notamment les phénomènes de frottement, doit être rappelée.
  • Un exercice physique régulier est recommandé.

Parmi les traitements naturels les plus efficaces, il y a l’homéopathie. En plus d’être facile d’utilisation, elle ne vous expose à aucun risque d’effets secondaires. Au moment où une crise hémorroïdaire apparait, prenez directement les mesures nécessaires pour limiter les complications. Pour cela, vous pouvez opter pour l’une des solutions homéopathiques suivantes :

  • Mercurius corrosivus 10 DH : prendre 2 granules 3 fois par jour pour calmer les saignements.
  • Nux vomica 5 CH : prendre 2 granules 3 fois par jour. Cette solution convient surtout aux personnes alitées qui font une crise hémorroïdaire suite à un abus d’épices fortes ou d’alcool.
  • Collinsonia 5 CH : prendre 2 granules 3 fois par jour quand la crise est suivie de démangeaisons et de constipation.
  • Paeonia 5 CH : prendre 2 granules 3 fois par jour si les douleurs sont de type échardes avant et après la défécation. Ce traitement homéopathique est également efficace pour venir à bout des fissures anales.
  • Hamamelis 5 CH mélangé à l’Aesculus hippocastanum 5 CH : prendre 2 granules de chaque solution 3 fois par jour en cas d’hémorroïdes rouges et volumineuses.
  • Sulfur 5 CH : prendre 2 granules à raison de 3 fois par jour, ainsi que 3 autres granules juste avant de se coucher s’il s’agit d’un cas chronique. C’est très efficace pour calmer les démangeaisons, les sensations de brûlure et les suintements de la zone recto-anale.

Découvrez notre nouvelle gamme de médicaments homéopathiques pour traiter efficacement vos problèmes d'hémorroïdes avec l'homéopathie.

Commander plus vite !

Commande rapide

Gagnez du temps, en utilisant le formulaire de commande rapide. En quelques clics, vous commandez facilement vos références préférées.

Formulaire de commande rapide

Les avantages Soin et Nature Nos garanties qualité et sécurité
Pharmaciens
experts
Données
cryptées
Paiement
sécurisé
Colis
suivi
A votre
écoute