Fenouil Foeniculum Vulgare 

Quelles sont les caractéristiques du Fenouil ?

Connu depuis les Egyptiens (3000 ans av. J.-C), cité et très utilisé par les Grecs, les Arabes et les Chinois, le fenouil figure également dans les livres décrivant les "herbes aromatiques" du Moyen Âge. Cette plante a longtemps été considérée comme panacée "apte à nettoyer l'organisme"...

La renommée du fenouil est univerelle : la médecine ayurvédique indienne le nomme shatapushpa, la Médecine chinoise xiao hue xiang.

Une tradition pratiquée au Moyen Âge veut que l'on suspende du fenouil aux portes de sa maison, la nuit de la Saint-Jean, pour éloigner les démons et esprits malins; les graines séchées du fenouil étant par ailleurs intriduites dans les trous des serrures pour faire obstacle aux esprits errants...

Charlemagne en était un gros consommateur pour faire passer ses repas pléthoriques... et "ne point grossir" : c'est lui qui en développa la culture à grande échelle.

L'huile essentielle de fenouil a été utilisée comme remède dès le XVIe siècle.

Connu dès la Haute-Antiquité, le fenouil est mentionné dans les papyrus de l'Egypte ancienne et dans les traités de médecines chinoise et indienne. Les Grecs le considéraient comme galactogène, stomachique, emménagogue et diurétique. Cultivé dans les jardins des monastères, son usage se répand en Europe au Moyen-Âge.

Depuis l'Antiquité, le fenouil a la réputation de soulager les douleurs dentaires, appliqué en pansement, puis en mastication à partir du Moyen Âge. En médecine vétérinaire, la poudre de fenouil est réputée galactogène, apéritive et digestive.

En aromathérapie, l'huile essentielle est connue comme remède dès le XVIe siècle. Valnet (XXe siècle) la recommande dans les affections digestives, flatulences, aérophagie, vomissements nerveux, l'innapétence et les parasitoses intestinales. Elle est traditionnellement utilisée comme digestive, antispasmodique et réputée aussi pour stimuler la production de lait maternel et lutter contre les symptômes de la ménopause.

Les jeunes feuilles et les fruits - "graines" - servent à aromatiser les plats. Les graines fournissent une huile essentielle anisée aromatique, très prisée dans la préparation des apéritifs comme le pastis, l'anisette ou l'ouzo grec.

Dénomination latine :

  • Foeniculum vulgare

Famille botanique :

  • Apiaceae

Organes producteurs :

  • Parties aériennes fructifiée

Mode d'action connu ou présumé :

  • Vulnéraire vient de vulnus -eris blessure => vulnerarius = propre à la guérison des blessures
  • L’ anéthole est analgésique central, augmente les sécrétions pulmonaires, stimule l’expectoration, œstrogène-like, stimule la régénération du foie après hépatectomie partielle, antithrombotique

Formulations usuelles :

Tisane dite "des cinq racines" (diurétique) :

  • Racines de Fenouil sauvage (Fœniculum vulgare)
  • Racines d' Ache (Apium graveolens)
  • Racines d' Asperge (Asparagus officinalis)
  • Racines de Persil (Petroselinum sativum)
  • Racines de Petit houx (Ruscus aculeatus) ... àà 30 grammes

Prendre deux cuillerées à café (10 grammes environ) pour 1/2 litre d'eau, bouillir quelques minutes, infuser une demi-heure, filtrer. A boire dans la journée, 4 jours sur 7


Tisane galactogène :

  • Angélique Angelica archangelica semences ... 30 grammes
  • Anis vert Pimpinella anisum semences ... 30 grammes
  • Fenouil Fœniculum vulgare semences ... 30 grammes
  • Carvi Carum carvi semences ... 60 grammes
  • Houblon Humulus lupulus cônes ... 20 grammes

Une cuillerée à café par tasse. Bouillir 2 à 3 minutes, infuser 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour

Précautions d'emploi de l'huile essentielle :

  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservée à l’adulte
  • Prudence en cas d’hypothyroïdie
  • Peut faire varier la glycémie, risque d’interaction avec les antidiabétiques
  • Irritante cutanée (éviter l’usage à l’état pur, toujours diluer)
  • Inductrice enzymatique ; éviter en association avec les contraceptifs oraux micro dosés (pilule)
  • Œstrogène-like, (prudence dans les pathologies hormonodépendantes); ne pas associer avec un traitement œstrogénique (y compris les estroprogestatifs)
  • Ne pas diffuser, ni inhaler, ni mettre dans le bain
  • Pas d'usage interne 
  • Pas d'usage prolongé sans l'avis d'un professionnel
  • Tenir hors de portée des enfants
  • Eviter le contact des yeux
  • Ne jamais mettre des huiles essentielles pures dans le nez, dans les oreilles ou sur les muqueuses ano-génitales

     

L'utilisation d'huiles essentielles pendant la grossesse et pour la femme allaitant requiert l'avis d'un aromathérapeute avisé.


En cas d'hypersensibilité ou de terrain allergique, tester l'huile essentielle avant utilisation :
- placer 1 à 2 gouttes de l'huile essentielle sélectionnée dans le pli du coude,
- patienter 10 minutes,
- constater une éventuelle réaction cutanée

Ne pas s'exposer au soleil après une application d'huile essentielle contenant des furocoumarines (HE expressées des zestes d'agrume : citron, mandarine, orange douce, etc.). Ces huiles essentielles sont photo-sensibilisantes et augmente fortement le risque de coups de soleil et brûlures.

Les huiles essentielles phénolées ou riche en aldéhydes sont dermocaustiques (agressives pour la peau) et doivent être diluées dans une huile végétale dans une proportion de 85% d'huile végétale pour 15% d'huile essentielle.

L'utilisation des huiles essentielles en voie interne requiert l'avis d'un professionnel. En cas d'ingestion accidentelle : ingérer de l'huile végétale et contacter un centre anti-poison.

Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l'eau. Pour un bain aromatique, utiliser un dispersant adéquat (labrafil, labrasol, disper) en quantité 4 fois supérieur à la quantité d'huile essentielle. Ne pas dépasser 10 gouttes d'huile essentielle par 100 litres d'eau.

Spécificité biochimique de l'huile essentielle :

  • Phénols méthyl éthers : trans-anéthole = E-anéthole (40 à 70 %)
  • Moonoterpènes : alpha-pinène (13-15 %)
  • Cétones : fenchone (2 à 10 %) 

Composants principaux de la plante :

Fruits de la variété douce Fœniculum vulgare var. dulce :

  • Huile essentielle (2 à 6 %) riche en E-anéthole (= trans-anéthole 80 %) méthyl-chavicol = estragole (5 - 10 %) et fenchone (< 2 %)
  • Coumarines : scopolétine, bergaptène, ombelliférone
  • Diosgénine

Il existe deux chimiotypes : à anéthole et à estragole

  • Racine : flavonoïdes (kaemférol, quercétine, isorhamnétine), acides organiques, coumarines (ombelliférone)

Commander plus vite !

Commande rapide

Gagnez du temps, en utilisant le formulaire de commande rapide. En quelques clics, vous commandez facilement vos références préférées.

Formulaire de commande rapide

Les avantages Soin et Nature Nos garanties qualité et sécurité
Pharmaciens
experts
Données
cryptées
Paiement
sécurisé
Colis
suivi
A votre
écoute